Edito : IDRISS DEBY ITNO pour toujours !

Le président Maréchal, IDRISS DEBY ITNO a été investi, ce samedi 06 février 2021, par son parti candidat pour un sixième mandat à l’élection présidentielle du 11 avril prochain. Cette investiture du énième candidat du MPS est passée comme une lettre à la poste.

C’est même un plébiscite pour le président DEBY. Arrivé au pouvoir par les armes en 1990, en renversant son mentor Hissein Habré, avec le soutien inconditionnel de la France, IDRISS DEBY ITNO dirige le Tchad depuis trente ans d’une main de fer en muselant et en empêchant l’opposition politique et la société civile.

Le président DEBY reste et demeure l’unique candidat de son parti depuis trente ans. L’on nous rétorquera qu’on ne change pas le cheval qui gagne. Mais la question que l’on est en droit de se poser est de savoir, si au sein du MPS, il n’y a pas un militant ou une militante capable d’être investi en lieu et place de l’inamovible candidat DEBY pour diriger le Tchad ? Investi pour un sixième mandat d’accord ! Mais qu’est-ce que IDRISS DEBY ITNO peut encore apporter de meilleur aux populations tchadiennes surtout que depuis trente ans, il a eu des moyens importants, mais il n’a rien réalisé de conséquent ? Peut-être des éléphants blancs, ses investissements sans lendemain.

Tout en acceptant sa désignation, le chef de l’Etat promet de travailler pour le Tchad. Ce n’est que normal. Travailler et travailler toujours pour le Tchad. Mais pour quels résultats ? IDRISS DEBY ITNO peut-il se donner un peu de la peine d’évaluer son parcours en tant que Président de la République ? En tant que éleveur- nomade, comme il aime bien le dire, un éleveur-nomade dans son parcours devant ses bêtes revient de temps en temps sur ses pas pour vérifier s’il n’y a pas un animal à la traîne, ou un animal à la traîne malade. Il en est de même pour un cultivateur qui revient sur la partie labourée pour vérifier, s’il n’y a pas d’herbe maligne au pied de la plante. Les exemples sont légions selon les corps de métiers.

Ce qui s’est passé ce samedi 06 février à N’Djamena et dans une certaine mesure dans certaines localités du pays, est un véritable ras-le bol exprimé par une grande partie de la population tchadienne. Cette frange de la population conteste la candidature du président DEBY. Qu’on ne dise pas que c’est un groupuscule qui a agi. Mais c’est l’expression de la plus grande majorité. Non au sixième mandat, trop c’est trop ont scandé ces ‘’manifestants pacifiques’’ composés en majorité de jeunes et des femmes, bravant les forces de l’ordre et de sécurité déployées pour réprimer cette marche. L’histoire politique du Tchad n’est jalonnée que de violences. Ce qui s’est passé ce samedi 06 février en est une parfaite illustration.

Etre un chef, c’est savoir aussi être à l’écoute de sa population. Auréolé par les exploits de l’armée tchadienne, IDRISS DEBY ITNO se voit invincible, imbattable. Mais un adage tchadien ne dit –il pas que quand plusieurs langues, convergent vers le buffle il finira inéluctablement dans la marmite ? L’humilité, la sagesse et la sobriété sont les ferments d’un bon règne. Qu’il plaise au Président Maréchal de comprendre que ses meilleurs conseillers sont le peuple tchadien et non celles et ceux qui l’applaudissent pour un rien à se rompre les poignets. A lundi prochain !
EDITO DU 08 /02/2021

EDITORIAL de la Radio FM Liberté, plume Nara Hantoloum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *